Février

par Julie (texte) & Florence (photo)

Ce matin le nouveau lui avait servi un grand verre de café et une petite tasse de lait. Ce qui pouvait être une façon subtile de lui dire qu’elle avait l’air bien peu réveillée et qu’un supplément de caféine ne lui serait pas inutile. Mais connaissant le nouveau et sa distraction déjà légendaire, il y avait fort à parier que cette inversion traduise plutôt son état d’éveil tout relatif à lui.
Ce n’était certes pas la première fois que les RH engageaient un idiot – comme ils aimaient à se justifier, il fallait « de tout pour faire un monde », mais pourquoi diable devaient-ils toujours échouer ici, à la Maintenance ? Elle attrapa la tasse de lait – elle était bien assez énervée sans avaler le café – et la porta à ses lèvres. Avant de recracher le tout, surprise.
Le goût n’était pas en soi mauvais, il était même agréable, et familier… Il n’était simplement pas du tout celui du lait.
… C’était le goût du café, et elle s’empara alors du grand verre de liquide noir.
… du lait.
S’arrachant à sa chaise de bureau, elle marcha vers la chambre noire qui servait d’antre au stagiaire et ouvrit la porte sans sommation :

– Hey Nouveau, qu’est-ce que j’ai dit à propos de l’attent…

Mais elle s’interrompit, troublée par un autre petit détail : la porte qu’elle venait d’ouvrir était elle aussi passée du blanc au noir, alors que la « chambre noire » avait fait l’inverse.

– Bon dieu nouveau qu’est-ce que tu as fichu ?
– C’était un accident, je suis vraiment désolé…
– Merde, et ça se propage en plus…

Son regard avait traversé la baie vitrée et elle réalisa qu’alors que le soleil n’était pas encore levé… le ciel était d’un blanc absolu.
Et qu’il y tombait de la neige noire.

– Comment tu as fait ça ?
– Je… je développais des négatifs et j’ai fait tomber du révélateur sur…
– … sur le modèle source ?
– Et bien… oui. J’ai voulu l’essuyer mais ça s’est étalé partout et…
– Et ça a contaminé tout le reste.
– Oui.

Elle le poussa et se plaça devant les panneaux de contrôle. L’inversion colorimétrique gagnait du terrain : dans les prés, des vaches noires tachées de blanc regardaient passer les trains, au bord de la mer, la marée montante laissait de l’écume noire sur le rivage, et les quelques volcans en activité crachaient de la cendre blanche.
Elle plongea un regard qu’elle espérait assassin dans les pupilles blanches de son stagiaire, qui semblait lui la regarder dans le noir des yeux.

– Tu réalises la portée de ton geste ? C’est pour ça que tu n’as pas droit à l’erreur quand tu bosses à la Création… tout ce que tu fais se propage idiot ! Dans, sur le monde entier !
– Je suis vraiment désolé.
– Tu as déjà dit ça…

S’emparant d’un chiffon noir, elle entreprit de nettoyer la source, mais le liquide révélateur semblait indélébile.

– C’est foutu…
– Hey les gars vous avez vu dehors ? Et dedans ?

Génial. Son superviseur venait de les rejoindre. Il était un rien bizarre, cravate blanche sur chemise noire, et surtout, cheveux maintenant blancs, ce qui lui donnait l’air d’avoir un âge complètement différent.

– Le nouveau a renversé du révélateur pour négatifs sur la source.
– Ah quand même…

Il était plus calme qu’elle ne l’avait jamais connu. Peut-être parce qu’en lieu et place de son habituel demi-litre de café, il avait dû avaler du lait.

– D’un autre coté… vous ne trouvez pas ça plus joli comme ça ?

Il regardait tomber la neige noire sur la nuit blanche, et contaminée par son calme, elle prit le temps à son tour de réellement observer, saisir ce nouveau phénomène. Il n’avait peut-être pas tort mais…

– Ça ne change rien au problème, répondit-elle en secouant la tête. On va avoir de sacrés ennuis. Ils n’aiment pas trop le changement imprévu, là haut…
– Alors on va faire comme si rien n’avait changé.

Il ferma la porte sur lui, et la verrouilla. Puis il attrapa le Dictionnaire Originel – source du langage de la Création, et l’ouvrit aux « B ». Se penchant par-dessus son épaule, elle le vit effacer – d’une gomme noire – la définition de « Blanc ». Et y recopier (d’une mine blanche) celle du mot « Noir ». Il fit l’inverse aux « N », et de la même manière que le révélateur renversé, la modification prit de façon universelle.

– Et voilà. A partir de maintenant, le blanc désignera le renvoi de toutes les ondes lumineuses, la clarté, la pureté… et le noir l’absorption de toute lumière, l’obscurité, les ténèbres, tout ça.

Le stagiaire claqua des doigts, saisissant le stratagème :

– Et comme ça on pourra toujours parler de nuit noire et de nuages blancs.
– Exactement.
– C’est du pur génie.

Elle était moins convaincue :

– C’est de la pure folie, ça ne passera jamais…
– Je te parie que si. Tu te rappelles quand cet autre stagiaire a fait tomber la Pangée ?
– Tu parles si je me rappelle. Il a brisé le truc en bien cinq ou six morceaux.
– Et on a juste refait discrètement la carte source. Ben là ça sera pareil. Crois-moi. Le blanc lumineux, le noir obscur, ça passera tout seul. Personne ne remarquera rien.

fevrier2013_flo

Publicités